Résister, changer et transformer la politique : pourquoi ?


La politique aurait dû incarner une certaine hauteur de pensée et d’action. Nous invitons au changement, à la transformation politique, à la nouvelle gouvernance

Le terme politique aurait dû incarner une certaine hauteur de pensée et d’action. Mais le mot semble avoir perdu de sa noblesse. Les réalités de la « politique politicienne » tendent décourager la participation de plusieurs citoyens aux votes, notamment des jeunes. Pourtant, ils ont leur mot à dire et, à eux seuls, peuvent perturber les règles du jeu les plus savamment élaborées et pousser le pays à s’engager dans les transformations profondes qui sont requises. Beaucoup de gens critiquent cette politique politicienne » la considérant avec méfiance, désillusionnés par ses pratiques, par ces gens au goût immodéré du pouvoir, du verbiage conflictuel et des confrontations houleuses. Ce rejet a conduit au découragement et à l’impuissance de certains devant des gens qui pourtant sont assujettis à l’obligation de leur rendre compte. Et souvent, on entend les alibis contre la politique, en général et l’engagement politique, en particulier :

_ « Je hais la politique, cela ne sert à rien. Mais se contenter de penser ainsi n’est pas un bon alibi ;

_ C’est trop violent, il n’y a que des gens qui passent leur temps insulter et à vociférer ;

_ de toute façon, c’est une affaire de truands, cela n’impactera pas ma vie, etc. »

Il y aurait donc des tas de raisons de s’en méfier, de prendre de la distance en la considérant comme quelque chose de méprisable, comme l’affaire de quelques parasites immatures qui ne peuvent pas faire leur vie ailleurs, qui passent leur temps à intimider, à conclure des deals malsains ou peu clairs. Si l’on pense ainsi, pour peu que l’on ne fasse pas un effort, apparaît ou se développe une aversion confortée par l’angoisse de faire partie d’un monde de transhumants, de débauchages, de laudateurs, de courtisans, des promesses réitérées non tenues ou reniées. On peut alors comprendre qu’il soit facile de conclure que tout ceci n’est pas honorable, que je ne suis pas de ces gens-là.

Pourtant, ils vous dirigent, confortent ou déçoivent vos espoirs, façonnent votre vie par leurs décisions, leurs comportements, leurs actions, leurs réalisations, réussites, échecs, promesses non tenues, etc. Se taire, rester immobile et critiquez la politique comme quelque chose d’infréquentable est une manière erronée de penser, de se comporter… Car, réfléchissez un peu : la politique, c’est par exemple l’impôt que vous payez et qui rentre dans les coffres du gouvernement ainsi que la manière dont l’argent qui en résulte est utilisé; c’est votre endettement, votre emploi, sous-emploi ou chômage, votre pression fiscale, les bonnes ou mauvaises décisions ou réalisations, l’éthique, la transparence ou à défaut la corruption gouvernementale, votre capacité à agir et à entreprendre ainsi que la rapidité avec laquelle vous serez capables de développer vos affaires, c’est aussi les inégalités, l’absence d’opportunités ou ce désespoir de constater malheureusement que rien ne bouge, que tout est lent, que votre argent est mis dans les éléphants blancs et dans la démesure, la courtisanerie, qu’il n’ y aurait plus d’argent ou que cet argent est invisible, etc.

La politique, c’est vous, nous tous, votre refus de faire, de laisser des gens continuer à promettre, spolier, débaucher, applaudir, etc. Si vous n’aimez pas la manière elle se fait, alors, changez-la. Demeurer attentiste n’est sans doute pas la bonne solution. Engagez-vous, apprenez de la réalité, discutez avec le maximum de gens pour tester leurs opinions et conseils, fondez votre décisions sur la raison, la rationalité et non sur les émotions ou l’admiration béate de quelques faux génies. Posez-vous des questions sur le futur, votre futur, celui de votre pays, de votre quartier, de votre ville. A quoi ressemblent-t-ils aujourd’hui ? A quoi ressemblaient-ils hier ? Ont-ils vraiment changé ? Votre porte-monnaie a-t-il prospéré, votre entourage, vos droits civils et politiques, votre liberté de penser ? Faites votre liste. Evaluez. Car résister, c’est exercer votre droit d’évaluation; c’est dire non lorsqu’il le faut, avec la courtoise qui sied aux gens polis et élégants que les politiciens traditionnels n’incarnent pas toujours. Si vous en avez marre de certains, de la manière dont la politique se fait, ne soyez pas découragés, ne vous avouez pas vaincus. Alors prenez vos responsabilités, ayez le courage de les changer. Dites-vous dans ce cas qu’il faut changer la politique et ce genre de politiciens, encourager une autre manière de faire de la politique. Dites-leur alors, je prends mes responsabilités, je ne suis plus un spectateur passif et manipulé.

Aujourd’hui, il est vital de promouvoir la participation politique, au sens noble du terme. C’est vrai, dans plusieurs pays, l’adhésion dans les partis politiques et la participation aux votes tendent à décliner; on ne fait plus confiance à certaines élites « politiciennes ». Mais si vous pensez que vous êtes jeunes, que la politique n’a pas d’importance pour vous, c’est là une grande erreur. Pensez comme Margaret Thatcher : « Je suis dans la politique à cause de ce conflit entre le bien et le mal. Je crois qu’à la fin, le bien l’emportera sur le mal. » . Rappelez-vous Marley: « Get Up, Stand Up, Stand Up For Your Rights ». Alors, récompensez ou sanctionnez selon les résultats de votre évaluation. Posez de bonnes questions pour ne pas attendre le jour même des élections pour se demander pour qui vais-je voter. Pourquoi?

Mais en fait, il faut changer en pensant un peu à cette formule : « Rien ne changera pour vous et votre pays, si vous ne changez pas vous-mêmes, si vous ne changez pas les choses, les gens, les spécialistes des promesses réitérées qui ne voient pas le jour ; s’ils se dédisent constamment, alors, changez-les ! Faites comme Gandhi a dit : « Soyez le changement que vous voulez voir exister ».

Ecrivain-poète et essayiste, Abdou Karim GUEYE est un Inspecteur général d’Etat à la retraite qui a exercé une telle fonction pendant près de trente ans. Il faut aussi Directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature du Sénégal et Assistant technique international à Djibouti pendant cinq pour aider ce pays à créer et développer une Inspection générale d’Etat. Il a pendant 7 ans été le Secrétaire exécutif du Forum des Inspections générales d’Etat d’Afrique et institutions assimilées dont le siège est à Djibouti et dont il conserve le titre honorifique de Commissaire à la Stratégie et à la formation. Il est l’auteur de plusieurs articles en management, gouvernance, leadership, réformes et restructurations des Etats et des organisations, etc. Vous pouvez trouver des articles et ouvrages de GUEYE sur les matières précitées sur de nombreux sites web, mais plus particulièrement sur http://www.softhinking.net et sur http://africamonitors.com/ Il est membre du parti Alliance pour la Citoyenneté et le Travail et Conseiller en Gouvernance publique du Président Abdou MBAYE.

A regarder: https://www.youtube.com/watch?v=xQ7J43ebMck

Lire aussi nos articles sur le même thème sur notre blog politique PEGASE : Le leadership qu’il vous faut. Ecouter, s’écouter, savoir partir à temps !

 

 

Publicités

Extraits – Inspections générales d’Etat d’Afrique. Réalités, perspectives et enjeux.


Extrait

De 2003 à 2008, Assistant technique et consultant international à Djibouti chargé d’aider ce pays frère à créer et développer son Inspection générale d’Etat, j’y ai écrit le livre « Inspections générales d’Etat d’Afrique. Réalités, perspectives et enjeux. » J’ai extrait (avec quelques retouches mineures) certains passages qui me semblent d’actualité avec les débats sur l’indépendance du pouvoir judiciaire, des corps de contrôle, la transparence, la nouvelle gouvernance entrepreneuriale et démocratique, le leadership. En fait, c’est difficile, car aujourd’hui et hier, ce qui est en jeu, c’est un leadership transformationnel, de vrais leaders prêts à créer d’autres leaders capables de les remplacer, à pratiquer deux lois fondamentales : la loi du sacrifice et la loi de l’héritage. Existent-ils vraiment ?

NB : Trente exemplaires de l’ouvrage sont gratuitement offerts aux lecteurs qui en feront la demande auprès de mon assistant personnel Souleymane Junior Sonko. Ce dernier peut être contacté au 77 588 54 31. Les frais d’envoi, s’il y a lieu, sont à la charge du demandeur.

Les extraits de cet ouvrage sont présentés ci-dessous :

« Les défis du futur

… Ce défi est possible, mais il faut alors se battre pour refuser la pensée unique, produire une pensée endogène, décomplexée et africaine, mais ouverte aux apports fécondants de l’Universel… Et puisque la stratégie a forcément quelque part ou quelque peu un caractère contingent, il faut relativiser les modèles. Le problème, c’est la créativité, l’audace de la créativité, la capacité à comprendre les contingences et les contraintes, pour les intégrer.

Avec l’intérêt accru du public, des médias et des partis politiques pour les audits et les enquêtes de détection des fraudes, au Sénégal, bien des limites sont relevées par des tiers et une méfiance affirmée à l’égard du système :

• le rattachement à un Chef de l’exécutif pourrait en faire un instrument de règlement des comptes et obérer son indépendance ;

• le caractère restreint de la publicité des travaux ferait douter de la transparence du système, etc.

Peut-être est-il temps d’ajuster par de futurs chantiers d’innovations administratives. En fait, il ne s’agit pas d’un système figé, bien des options et innovations sont encore possibles. Le système, appréhendé à travers ses fondamentaux, est rationnel, mais comme tous les autres systèmes de contrôle, de l’ordre administratif, parlementaire ou de l’ordre juridictionnel , il ne peut produire ses effets que dans certaines conditions :

• la tradition républicaine et le leadership présidentiel, voire du Chef du gouvernement, sont déterminants ;

• il suppose une culture républicaine, une discipline administrative de fonctionnaires formés à la gestion publique, aux sciences administratives qui comprennent parfaitement les différentes formes de hiérarchie, les principes de coordination du bas au sommet de la pyramide administrative ;

• il exige un statut spécial, voire la dotation en moyens spéciaux, comme le Sénégal a su le faire, pour des raisons psychologiques, culturelles, surtout en Afrique ;

• il nécessite aussi une chaîne de sanction positive ou négative qui, en cas de besoin, prenne le relais des auditeurs ;

• il suppose aussi une éthique d’égalité, car peu importe les privilèges de tiers lorsqu’il s’agit de faire le point sur « l’accountability »…

Au-delà, ce qui est en jeu, c’est de comprendre le nouveau sens de « l’accountability », qui est non seulement l’obligation de rendre compte de la gestion des ressources, mais aussi des résultats, de l’information sur les performances, première étape de la transparence, et bientôt, si ce n’est déjà fait, des impacts. Ce sujet est également vaste tant il englobe des questions liées à l’éthique, aux valeurs, à la déontologie, aux processus, aux outils et méthodes qui en permettent l’effectivité. Il y a donc tant d’autres questions qui auraient pu être abordées…

Les performances du système dépendent aussi du système intégré de transparence, d’éthique, de responsabilité et d’obligation de rendre compte existant dans un pays. Pour prospérer, il requiert par rapport à la fonction de contrôle et d’enquête une mise à l’écart de la « chose politique », au sens partisan, et des considérations similaires. Cela peut et doit être une fonction vitale de démocratie, de proximité des dirigeants avec leurs électeurs, de la bonne gouvernance qui requiert une vision, un leadership étatique, le credo de la performance et de la restitution de l’information sur les résultats, les impacts et la gestion des ressources. A elles seules, les normes, le système constitutionnel ou institutionnel, l’existence d’une structure de contrôle, la compétence des auditeurs et enquêteurs, ne donnent pas une garantie absolue d’efficacité, en tout cas d’impact. L’environnement démocratique, la culture républicaine, l’égalité des citoyens, le leadership national participatif et consultatif, la volonté du principal, les exigences des stakeholders et de la société vis-à-vis d’une gouvernance de contrôle, constituent plus que les lois et règlement, voire les normes nationales ou internationales, la condition sine qua non d’un contrôle effectif, efficace et efficient, voire utile et porteuse d’impact de résultats

Leadership. C’est bien cela dont il s’agit. C’est cela qui fera la durabilité de ce métier ; c’est une force et une faiblesse en même, car si le leadership du ou des détenteurs du pouvoir constitutionnel de contrôle flanche, ou si la même détention au niveau exécutif ou législatif n’est équilibrée, la typologie des métiers peut s’effondrer. Le futur du contrôle en Afrique doit tenir compte de ces liens ombilicaux et par le plaidoyer en Afrique, faire comprendre l’intérêt des évolutions esquissées.

Pour bâtir une saga de l’excellence, il faut une culture républicaine et démocratique, une technocratie mobilisée autour des idéaux d’un Etat moderne, un consensus qui transcende les alternances et les changements d’hommes. Il faut une implication des leaders. Cela, comme la stratégie, a un coût ; la question est alors de décider si l’investissement mérite d’être fait. C’est une décision stratégique, de nature politique, au sens noble du terme. Mais il faudra bâtir une vision stratégique, toujours lever la contrainte d’un leadership efficace qui catalyse, sans lequel rien n’est possible ou en tout cas, tout sera difficile. La gouvernance de contrôle, c’est peut-être la stratégie la plus opérationnelle pour réaliser la gouvernance elle-même, pour faire du nouveau management public une réalité. C’est une question de projet stratégique et organisationnel. C’est sans doute une des leçons apprises à travers l’action et en rédigeant cet ouvrage.

Djibouti, mars 2008

Abdou Karim GUEYE
Inspecteur général d’Etat à la retraite, Ancien Directeur général de l’ENAM
Président de sociétés

 

Réussir aux grands concours et examens.


494ea-logo-eiaUn programme de formation à distance, en salle et en ligne de l’E.I.A.

Félicitations aux étudiants qui ont rejoint le programme d’appui aux grands concours et examens de l’Ecole Internationale des Affaires (E.I.A). L’accès à la plateforme en ligne leur sera ouvert dans les jours à venir. En outre, les premiers supports-papiers leur sont notifiés dès à présent avec les instructions pertinentes. Cette formation aux grands concours et examens (ENA, Douanes, IGE, grands corps de l’Etat, etc.) ouverte à d’autres clients que les élèves de l’EIA dure 6 mois et démarre le 09 avril 2018 à partir de 18 H. Il est toujours possible de s’inscrire aux cohortes suivantes. En outre, les inscriptions en ligne pour suivre le programme en ligne et à distance sont ouvertes toute l’année.

M. Souleymane Junior SONKO, Chargé de mission du PDG, et Ami BARRO, Assistante administrative du Directeur des Etudes et de la Recherche, sont mis à la disposition des étudiants et participants pour les aider à s’enrôler et suivre les cours. Ces derniers seront désignés comme co-administrateurs délégués du site de plateforme à distance

Bienvenus

Du Nouveau Management Public aux Réformes administratives. Réalités, tendances et enjeux. Conférence par Abdou Karim GUEYE


 

Abdou Karim présente une conférence ce mercredi 14 mars 2018 à 15 H au CESAG. Le conférencier fera un exposé autour de de trois grands thèmes :

  • Partie I – Pérégrinations à travers les bois de la gouvernance.

L’auteur est un ancien haut fonctionnaire, consultant international dans plusieurs pays et ancien Directeur d’une Ecole Nationale d’Administration et Magistrature du Sénégal qui s’interroge à partir de son expérience sur la possibilité de réformer la gouvernance publique. Aussi, relève-t-il que  plusieurs diagnostics existent et la plupart du temps n’ont pas été favorables à l’Afrique. C’est là le fruit de son expérience qu’il appelle « pérégrinations ». Pourquoi cela ne bouge-t-il pas suffisamment. L’auteur explore alors sa propre expérience et de multiples réformes vécues en Tunisie, au Burkina Faso, au Sénégal, au sein de l’Observatoire des Fonctions publiques africaines, du CAFRAD à Tanger, lors d’ateliers sur la réforme administrative pour conclure:

  • Il faut changer de paradigmes, il faut plus de passions, de rêves et d’ambitions ;
  • Pour que les choses changent, il y a des « questions préjudicielles » à assumer ;
  • Il faut un nouveau pilotage et une nouvelle pensée plus stratégique qui commandent d’agir pour des impacts et qui supposent le courage de restructurer.

Partie II – De multiples expériences de réforme et de nouvelle gouvernance montrent la voie.

Mais le changement et les réformes réussies sont possibles puisque des pays ou organismes l’ont réussi en matière de gestion de la performance, des ressources humaines, à Dubaï, Singapour, Taïwan, etc. Mais, cela ne suffit pas, car, au-delà des processus, il faut :

  • des gouvernements qui travaillent mieux, coûtent moins chers, fournisseurs de services appropriés, orientés vers les résultats et les clients ;
  • une capacité des gouvernements à consolider des coalitions pour l’excellence, engagées et unies autour d’une vision commune
  • la capacité à matérialiser la vision à travers des instruments stratégiques pertinents et à construire les réformes au-delà des limites d’une seule institution;
  • Une gouvernance de contrôle plus éthique, transparente et intègres, etc.

Partie III – Demain, quelle nouvelle gouvernance africaine?

Dans la dernière partie, l’auteur propose  une série de réformes axées sur:

  • une gouvernance entrepreneuriale, de proximité, basée sur des partenariats, la citoyenneté et les clients, la débureaucratisation, un nouveau leadership transformationnel ;
  • une stratégie pertinente de gestion du changement, de la méritocratie et des talents ;
  • l’action par une série de valeurs, le faire-faire et la compétition pour éviter de transformer les citoyens en des bénéficiaires passifs, la compétition ;
  • « Penser par soi-même, pour soi-même », pour parler comme Senghor, en refusant d’être des suivistes et de laisser le monopole des opportunités aux autres parties du monde.

Le livre  contient de nombreux cas pratiques et abstracts : le cas du centre de Formation supérieur, l’expérience du Juge Plana, « Restructurer : comment ? », des modèles sur Dubaï, Singapour, Malaise, Rwanda, etc.

Abdou Karim GUEYE  est aujourd’hui le CEO de Monitoring Africa et de l’Ecole Internationale des Affaires. Il est aussi le Président d’un cabinet dénommé Management et Ressources Humaines (MGRH). Il a été Inspecteur général d’Etat pendant un peu plus de 30 ans. Au cours de ce parcours, il a été plusieurs fois détaché ou mis en position de disponibilité pour un séjour de deux ans dans le secteur privé, de cinq ans comme Directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature du Sénégal, comme Expert Consultant international auprès du gouvernement de Djibouti chargé d’aider ce pays à développer une inspection générale d’Etat. Il a aussi occupé les fonctions de  Secrétaire exécutif du Forum des Inspections générales d’Etat d’Afrique pendant sept ans. GUEYE est licencié en droit, titulaire du Diplôme d’Etude Supérieures de Gestion des Entreprises (ESGE) et diplômé de l’ENAM. Il possède de nombreuses certifications au niveau international, notamment au niveau de John Maxwell Team à Orlando (USA). Il  poursuit une carrière d’écrivain (essayiste et poète) et est l’auteur de plusieurs publications en management, gouvernance et disciplines connexes. Il est Chevalier de l’Ordre National du Lion du Sénégal, Chevalier de l’Ordre du 27 juin de la République de Djibouti et Commandeur de l’Ordre national du 27 juin de la République de Djibouti.

gouvernance,gestion du changement,transformation,performance,leadership,leadership transformationnel, gouvernance de proximité,planification stratégique,des résultats aux citoyens,pour changer les choses, changeons nous-mêmes; demain quelle gouvernance africaine,bonnes et meilleures pratiques,benchmarkingakg

Elaborer vos plans annuels de performance


Une série d’études démontrent que plus de la moitié des plans stratégiques atteignent très peu les résultats annuels escomptés. Pourtant, c’est à la mode : on se réfère aux plans stratégiques annuels, aux modes de gestion axée sur les résultats, etc. Naturellement, lorsque que c’est le cas, cela est dû à un certain nombre de raisons, par exemple une mauvaise définition des priorités, une planification insuffisamment détaillée pour appuyer la mise en œuvre du plan, une mauvaise communication et coordination, une culture organisationnelle et performance inadaptée, une mauvaise gouvernance, une insuffisante capacité de gestion des risques, etc. En outre, les résultats au quotidien montrent qu’il existe des contraintes de taille comme la qualité de l’exécution et la pertinence du dispositif GRC. En Afrique, et dans certains pays, ajoutez-y l’efficacité du système d’éthique, de transparence, d’intégrité et de méritocratie, les problèmes de leadership et de mobilisation, etc. Il y a aussi comme enjeu la pertinence des outils. Par exemple, un outil la description des postes (job description) sans un Job scorecard est-il suffisant ? On pourrait démultiplier les exemples. En somme, continuer à gérer le quotidien tout en voulant un changement orienté vers la performance n’est pas toujours aisé.

Une question centrale est comment travaille-t-on au jour le jour vers l’atteinte des résultats.

En fait, pour réussir ces plans et modes de gestion, il faut de la discipline au sens d’exécution formalisée selon certains processus, par des outils pertinents, une culture et des valeurs cohérentes avec la vision. Il faut aussi travailler avec efficacité et efficience et équilibrer les enjeux stratégiques et les impératifs tactiques au quotidien. La planification annuelle est un des aspects fondamentaux requérant trois choses fondamentales :
– Organiser des sessions de planification annuelles pour expliciter et officialiser ce qui est attendu des agents au cours de cette année ;
– finaliser le plan annuel complété par le plan du prochain trimestre ;
– exécuter et faisant les ajustements qui conviennent, notamment budgétaires
L’organisation matérielle de telles sessions de planification annuelle invite à résoudre certains préalables :
 Qui va y participer ? Sensibiliser sur l’importance que toute personne intéressée y assiste. Il est important de communiquer sur le fait qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un évènement, mais d’un processus qui s’insère dans le management stratégique et la réalisation de la grande ambition stratégique de l’entité et de ses résultats.
 S’il y des exercices, des cas pratiques, des simulations, les envoyer à l’avance pour permettre à certains de les préparer ; très souvent, la motivation d’un participant qui a bien préparé ces exercices peut aider à animer la séance, à débloquer l’inaction ou le désintérêt de certains ;
 Finaliser l’agenda avec ce que cela comporte comme planification du temps, détermination des thèmes ; etc. ;
 Décider du lieu. Nous conseillons d’organiser cela à l’extérieur, sous forme de « Workout » et d’investir quelques moyens qui démontreront que vous y tenez (cadre, hôtel, etc.). Il est possible de combiner l’exercice avec du Team Building comme les cabinets-conseils MGRH et Monitoring Africa font pour leurs clients.
En simplifiant, ce processus va permettre de discuter des aspects suivants :
 Les objectifs et l’ambition stratégique majeure, votre BHAG, pour parler comme Jim Collins et Jerry Poras dans leur ouvrage Built To Last ;
 Les progrès vers l’atteinte des objectifs (Winning moves) en discutant les hypothèses sous-jacentes et la dimension « Clients » ;
 L’avancée de votre plan stratégique et les prochaines étapes en direction de votre BHAG ;
 Le plan d’action qui clarifiera pour chaque responsable de centre de performance ou de résultats ce qui sera fait en cours d’année et au cours du prochain trimestre.

Monitoring Africa et ses partenaires conseille leurs clients sur ces processus de planification stratégique, encadre des sessions de planification annuelle, aide à mettre en place les outils d’exécution sans lesquels ces plans risquent de demeurer du papier. Nous disposons de plusieurs centaines d’outils pour planifier, organiser, exécuter, par exemple :

  • Des grilles de revue et d’évaluation stratégique et organisationnelle.
  • Grille d’évaluation de la maturité organisationnelle envers le changement.
  • Grille de perception des enjeux du changement selon une approche Likert, etc.
  • Outils en une page : plan stratégique en une page, balanced scorecard en une page, etc.
  • Grille de préparation de vos réunions.
  • Grille Rockefeller Habits.
  • Des questionnaires de diagnostic stratégique, organisationnel.
  • Grille de diagnostic des responsabilités au niveau des structures.
  • Grille pour la confection de plans d’action 3 W.
  • Grille de description des processus.
  • Etc.

Mots clés liés aux thèmes : BHAG – Plan stratégique. Plan stratégique en une page. Business plan en une page. Rockefeller habits. Gestion axée sur les résultats, stratégie de croissance. Planification trimestrielle. Réunion trimestrielle. Planification hebdomadaire. Réunion hebdomadaire. La démarche (Talents/individus X Stratégie X Exécution X Trésorerie/ Cash. Accélération stratégique. Leadership transformationnel. Grille de responsabilité. Job scorecard. Plans d’action / de performance. Indicateurs de performance. Tableaux de bord. Grilles de diagnostic organisationnelle (plusieurs modèles), etc.

Abdou Karim GUEYE > Citations – Mes livres ! De quoi je parle ????


“Il y avait aussi une sorte de conviction que le vécu était qu’on voulait arriver à ce jeu des relations entre la performance, la croissance et la lutte contre la pauvreté, avec une vision strictement exogène et technocratique, axée sur les processus, en occultant le problème complexe du diptyque « cœur et esprit ».”  ― Abdou Karim GUEYE tags: gouvernanceleadershipleadership-vs-managementlecoeur-et-l-espritmanagement

“On le voit, la question est systémique ; il faut une sorte boussole au leadership pour lui permettre d’assumer une fonction de prévention ; l’adage s’applique alors à la gestion des affaires de la cité : « Mieux vaut prévenir que guérir ».”
― Abdou Karim GUEYE. Le Cœur et l’Esprit

tags: gestion-du-changementleadersipleadersip-transformationnelsystems-analysissystèmes

“Il y a le cœur et l’esprit des gens ! Comment travailler sur ces deux vraies mamelles de l’excellence, du progrès, de la libération des gens, de prise en charge de leur propre destin ? Naturellement, ce n’est pas facile”  ― Abdou Karim GUEYE. Le Cœur et l’Esprit tags: coeur-et-l-espritdéveloppement-rapideexcellence

“Certes le dirigeant doit miser sur des leviers du succès et de l’excellence, mais son action trouvera des limites dans la volonté et les stratégies des individus à ne pas coopérer, à plutôt miser sur des stratégies personnelles. Alors, comment faire partager une passion commune pour la transformer en une vision et en des projets communs ? Comment introduire la même passion dans le cœur des autres ? Comment agir sur son propre cœur et sur son esprit ?”
― Abdou Karim GUEYE. Le Cœur et l’Esprit tags: coopérationcoopérerexcellencele-coeur-et-l-espritleviers-du-succèspassion-commune,

“Au total les gens performants voire excellents ne passent pas leur temps à maugréer intérieurement, à se faire des reproches, se disant inconsciemment ou consciemment « qu’au fond, à un instant donné, à l’impossible, nul n’est tenu »; ils refusent ainsi de se donner mauvaise confiance de n’être pas parfaits ou d’avoir fait quelque chose d’imparfait, en cet instant de travers. Ils essaient plutôt de comprendre les obstacles qui ont empêché une réussite et s’efforcent d’y remédier. Ils ont le courage, sinon l’inclination à se remettre en cause et à remettre en cause leurs propres performances et compétences.”
― Abdou Karim GEUYE écrivain. Le Cœur et L’Esprit tags: abdou-karim-gueyegens-hautement-performantsgueye-abdou-karimhaute-performancele-coeur-et-l-espritleader-hautement-performantleaders-hautement-performantperformance

“Un impératif de départ, c’est l’initialisation avec comme levier la formalisation d’une vision forte qui doit être comprise et partagée. En outre, un concept clé est celui de domaine d’action stratégique pertinent qui doit être cerné et défini, par diverses méthodes d’analyse…”
― Abdou Karim GUEYE Ecrivain Le Cœur et l’Esprit tags: domaine-d-action-stratégiquedomaines-d-action-stratégiquefoileviersynergievisionvision-comprise-et-partagée,vision-forte

“Mais si le leader a la conscience claire de sa vision et de ses ambitions stratégiques, il n’a pas encore résolu les enjeux liés au consensus, à la mobilisation, aux stratégies individuelles et individualistes. Son défi, qui aussi une nécessité, c’est d’éviter d’être Hercule aux douze travaux ; c’est de construire des portefeuilles judicieusement répartis dans le court, le moyen et le long terme, comme je disais, antérieurement : « Avoir un pied dans le passé qui n’est jamais tout à fait mort, un autre dans le présent, la tête dans l’avenir… ».”  ― Abdou Karim GUEYE Ecrivain Le Cœur et l’Esprit tags: consensusgouvernance-de-consensusleaderleadershipmobilisationstratégiestratégie-de-mobilisationvision-claire

“Un problème fondamental est la mort de la passion en leurs rêves et projets, voire d’une vie comateuse des gens inaptes à refonder la renaissance en leurs rêves et projets. Ces gens qui ne rêvent plus ou insuffisamment, ces rêves perdus, mais nécessaires, c’est ce qui apparaîtra, tout à l’heure, au fur et à mesure des pages de mon manuscrit. Jusqu’à présent et aujourd’hui encore, se meurt la passion en leurs rêves et projets… Pourtant, « ils peuvent », rappelle Obama ; pourtant sans eux, rien ne sera…”  ― Abdou Karim GUEYE Le Cœur et l’Esprit tags: gouvernancegouvernance-de-consensusgouvernance-stratégiquele-coeur-et-l-esprit

“On le voit, la question est systémique ; il faut une sorte boussole au leadership pour lui permettre d’assumer une fonction de prévention ; l’adage s’applique alors à la gestion des affaires de la cité : « Mieux vaut prévenir que guérir ». On le pressent aussi, la direction de la cité et le leadership ont besoin de la connaissance et de la sagesse, du savoir, mais d’un savoir qui est maturité. Le leadership et la gouvernance ont besoin d’une harmonie qui est un certain degré de consensus sur des valeurs et des principes essentiels, mais ceci suppose aussi un certain degré d’ordre, de sécurité et de discipline.”  ― Abdou Karim GUEYE Le Cœur et l’Esprit 1

“Dans un de ses recueils, Gueye parle de la poésie qui pense, qui n’est pas seulement un talent pour étaler le beau, mais pour dire des choses fondamentales. Une interrogation vient alors à l’esprit : qu’est-ce le beau ? Qu’est-ce la vie ? Pourquoi mérite-t-elle d’être vécue ? Qu’est-ce aujourd’hui et hier, sans demain ?”  ― Abdou Karim GUEYE Poésie Comme un amas de pyramides inversées tags: poète-abdou-karim-gueyepoésie-abdou-karim-gueye

Appréciations de Marouba FALL sur le recueil « Comme un amas de Pyramides inversées »

“Écrite dans un style où les mots durs et directs ainsi que les formules abruptes ne tirent pourtant pas à ras de la basse prose l’expression qu’un lyrisme de bon aloi élève vers ce que l’auteur considère comme « une poésie qui pense…pour ne dire que les choses fondamentales », cette œuvre aurait pu emprunter le titre d’un poème qu’il contient: Aux pays des pyramides inversées. Fouillant le passé, regardant en face le présent et scrutant l’avenir, elle exprime la nostalgie, les frustrations et la révolte. Elle est à la fois un cri du cœur et une interrogation pathétique sur le destin de l’Afrique qui survit en marge du grand destin qui devait être le sien. En effet les pyramides évoquent le temps de gloire du continent noir qui, aujourd’hui, ploie sous le poids de la dette et subit les contradictions d’une « démocratie …maquillée, enrobée de faux-semblants. » Marouba FALL, Ecrivain, Dramaturge !”

Prochain postes : des citations et extraits du recueil « Comme un amas de Pyramides inversées »

Voir aussi ma page Facebook : Abdou Karim GUEYE, écrivain et auteur

Utiliser les plateformes et outils du web2.0 pour publier et promouvoir son livre


L’e-marketing à plusieurs facettes. Si vous voulez publier et de promouvoir un livre numérique ou d’autres format sur le net, entre autres, nous vous conseillons les techniques suivantes :

  1. Publier sur les plateformes comme KOBO, AMAZON, Lulu, etc. Beaucoup d’entre elles sont gratuites pour cet usage. Par exemple, vous trouverez mon livre de Leadership et coaching intitulé « Le Cœur et l’Esprit » sur KOBO à partir de ce lien https://www.kobo.com/nl/fr/ebook/le-coeur-et-l-esprit.
  2. Motiver des blogueurs à publier un article ou une image ou un poste sur leurs blogs, moyennant pour vous l’obligation de promouvoir leurs articles, ouvrages ou autres publications.
  3. Échanger des liens de sorte de à construire une politique de back-links. Alors, si vous êtes un blogueur prêt à publier mes articles ou bien à diffuser les liens qui mènent à mes autres publications, je suis prêt à faire de même pour vous.
  4. Vous pouvez payer des blogueurs ou autres spécialistes de la publication sur le Net. Vous les motiverez ainsi à créer du trafic à votre profit en envoyant les internautes sur une page de vente/destination ? Le grand problème des publications numériques, c’est le trafic, être visible.
  5.  Ajouter sur vos pages d’articles ou de diffusion des boutons de partage permettant d’envoyer votre publication sur de nombreuses plateformes et réseaux sociaux en un clic, les outils de « curation », des applications comme Buffer, Hootlet, etc.
  6. Promouvoir votre publication sur LinkedIn en rédigeant 2 ou 3 phrases et en y ajoutant un lien permettant de découvrir une page ou un article plus détaillée relatif à votre livre.
  7. Publier des citations-phares de votre livre sur des plateformes comme Goodreads, par exemple vous pouvez voir quelques citations extraits d’un de mes livres : https://www.goodreads.com/author/quotes/8753592.Abdou_Karim_GUEYE_Ecrivain_Le_Coeur_et_l_Esprit.
  8. Tourner une vidéo sur YouTube et/ou organiser des conférences en ligne (Webinars).
  9. Transformer votre livre en contenu de formation-coaching, de séminaires en salles, etc. Bien souvent, cela rapporte plus que le livre lui-même. En effet, dans certains pays, lorsqu’un livre est bien vendu, l’auteur devient un expert reconnu dans ce domaine. Ses services sont alors demandés comme conférencier, formateur, coach, etc.

Il existe de nombreuses autres techniques du e-marketing en matière de publication et pour d’autres métiers que nous vous enseignons dans le Master en Digital, Entrepreneuriat Social et E-business (MDRSE-B) de l’Institut Supérieur de Management Public, de Gouvernance entrepreneuriale et de Leadership Transformationnel. Bienvenu. https://softhinking.net/tag/entrepreneuriale/

 

Rejoignez ces incomparables Masters professionnels


eiamod-3300476-1

petitlogogroupe L’Ecole Internationale des Affaires (EIA) propose cinq (5) nouveaux masters professionnels à compter de novembre 2017 au niveau de son nouvel Institut Supérieur de Management Public, de Gouvernance et de  Leadership Transformationnel (ISMPGL):

  1. Master in Public Administration Governance and Transformational Leadership (MPAGL) ;
  2. Master en Ethique, Transparence, Intégrité et Sécurité (METIS) ;
  3. Master en Capital Humain, Coaching et Leadership Transformationnel (MCH-CLT).
  4. Master en Décentralisation et Développement Local.
  5. Master en Entrepreneuriat, Digital Marketing and Management.

La formation combine des séances en salle, en ligne, des séminaires de week-end, retraites, team building, des certifications, de nombreux tests et cas pratiques, un projet organisationnel porteur de changement, etc. En outre, vous obtiendrez le bonus suivant :

  1. Certification en qualité de coach.
  2. Certification – Communiquer c’est bien, se connecter c’est mieux
  3. Accès à l’aide à la préparation aux grands concours et examens (IGE, Cour des Comptes, IGF, etc.).
  4. Certification en Forensic Investigator.
  5. Certification – Devenir une personne d’influence.
  6. Certification – Leadership transformationnel, gestion du changement et transformations.
  7. Les outils de management dont vous aurez besoin durant toute votre carrière en une page (plans stratégiques, business plans et balanced scorecards en une page, Job scorecard, chartes de responsabilité, charte d’alignement des structures et des hommes, etc.)

Contact – Monitoring Africa SAS Sacré Coeur 1: BP : 21285 – Tel : +221 33 824 18 90 / +221 77 056 56 47 Site web : http://www.softhinking.net http://www.africamonitoring.com    Blog : https://africamonitors.com/   http://www.eiateachingsonline.com  contact@africamonitoring.com Tel : +221771822988 – +221775885431

En savoir plus sur notre vision

Ce que nos étudiants et participants à nos séances de formation coaching pensent du leadership

DECLARATION DE VISION

Nous sommes un Groupe dédié à la Gouvernance, au Nouveau Management public, aux  Réformes, au Leadership transformationnel et à la Gestion du changement. Nous sommes au service des leaders et des managers qui ont envie d’excellence, de qualité, de performance et de résultats, d’accélération stratégique, l’ISMPGL, par la recherche, l’ingénierie du management et de la formation, les audits, les évaluations et les investigations, aide à opérationnaliser les stratégies, les plans et outils qui sont à la base du vrai changement, des transformations, de la croissance et du développement accéléré.