Publicités

Une nouvelle gouvernance au service des gens qui travaille mieux et qui coûte moins chère !


Tant de réformes ont eu lieu depuis l’indépendance, tant de plans, projets et programmes brandis. Ils n’ont pas toujours tenus leurs promesses que très faiblement. En voyageant dans les arcanes de services publics et des projets, et en effectuant des recherches et un benchmarking sur les bonnes pratiques, j’ai appris quelques leçons résumées ci-dessous.

Il vous faut un bon gouvernement qui coûte moins cher, capable d’impulser, de catalyser et de mobiliser les gens!

Une telle gouvernance privilégiera l’obtention d’impacts, une moindre bureaucratie, le courage d’éliminer ce qui est obsolète et démodé ainsi que la notion de client de sorte à octroyer de meilleures prestations de services aux citoyens, aux usagers et aux contribuables. Son credo, c’est de construire une gouvernance au service des gens, de récompenser les résultats ainsi que la réussite et la performance, de partager et d’amener les gens à se focaliser sur la vision, d’écouter, de donner du sens et de la signification, etc. Mais il faut un leadership et le leader qui conviennent pour un tel paradigme libéré de la tutelle des idées et des pratiques politiciennes du passé. Pour aller au-delà du mimétisme et des slogans, il faut aussi toute série de savoir-être et de savoir-faire que les experts attitrés peuvent traduire en visions, plans stratégiques, outils et processus de management, etc.

Un gouvernement à votre service et sensible à vos urgences

En effet, c’est vous qui êtes les plus affectés par les promesses électorales, les politiques, les programmes, les plans et les projets publics. C’est vous qui avez le plus intérêt aux transformations durables. Si le gouvernement se contemple, s’intéresse peu aux idées des autres, s’auto-glorifie au lieu de renforcer vos capacités et vos pouvoirs d’intervention, si des courtisans passent leur temps à le déifier, n’attendez pas de lui le grand changement. On est au cœur des attributs de grands leaders comme l’humilité, savoir s’entourer, écouter, pardonner, etc. Lorsque les décisions sont impulsées au sommet pour être parachutées à la base par un homme qui se croit providentiel ou décrit comme tel, lorsque le choix est aux démesures d’une administration inflexible, bureaucratique et lourde de duplications et d’enchevêtrements par rapport aux faibles moyens d’un pays pauvre, vous attendrez encore longtemps.

A lire dans ce sens:

Abdoul Mbaye lève un coin de voile sur le projet de société de l’ACT du prochain quinquennat – L’autre voie vers l’émergence

Ceci n’est pas l’œuvre d’un homme providentiel ou d’un leader solitaire mal entouré

Ce sont ces choix qui ont prévalu avec des dirigeants qui se focalisent que peu ou mal sur les impacts malgré leurs slogans, qui ne travaillent pas avec les gens pour identifier leurs besoins, peu orientés vers les créateurs d’idées, de pensées, de richesses. Lorsque les décisions sont prises au sommet et parachutées, le changement ne peut qu’être lent. Une gouvernance au service des gens, non pas contre eux, passe par une stratégie qui privilégie le fait que les citoyens sont en droit d’attendre des services de qualité, par exemple, un homme d’affaires, une législation adaptée et un environnement qui facilitent les performances et la croissance, le contribuable, un gouvernement qui opère comme un membre d’un conseil d’administration au service d’actionnaires d’une entreprise privée et qui gère « le dollar » de la meilleure façon, avec sagesse.

Lorsque « Le Président propose, l’Assemblée dispose, l’Exécutif impose», que rien n’est fait pour instituer des règles faciles à comprendre pour permettre aux citoyens de connaître leurs droits et obligations, le changement attendu n’est pas encore au rendez-vous. Il faut aussi du courage et du leadership transformationnel. Pour que les choses changent, il faut une gouvernance et le gouvernement au service des « gens ». C’est vrai aussi, pour que les choses changent, il faut que nous changions nous aussi !

L’auteur :

Conseiller en Gouvernance publique du Président Abdou MBAYE et membre du Conseil National du parti Alliance pour la Citoyenneté et le Travail, Abdou Karim GUEYE a été Inspecteur général d’Etat pendant près de trente ans et ancien Directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature du Sénégal. Assistant technique international auprès du gouvernement de la République de Djibouti, de 2003 à 2008, il a appuyé ce pays à mettre en place une Inspection générale d’Etat et a également exercé les fonctions de Secrétaire exécutif du Forum des Inspections générales d’Etat d’Afrique et institutions assimilées.
: https://www.youtube.com/watch?v=xQ7J43ebMck

Lire aussi nos articles sur le même thème sur notre blog politique PEGASE : Le leadership qu’il vous faut. Ecouter, s’écouter, savoir partir à temps !
Politique. Changement Transformation Leadership Politique Leadership Civique

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :