blockchain

Globalisation, démocratie dans un monde digitalisé

Amazon Products

Je crois plutôt que la globalisation est une réalité durable, malgré ses soubresauts ; elle est en mouvement continu, certes avec des auto-ajustements, en dépit de plusieurs prédictions de sa mort. En fait, ce qu’il faut, c’est le courage d’en tirer profit, d’être décomplexé, de sortir le colon de sa tête comme dit un brillant penseur africain, de conclure des partenariats gagnant-gagnant. Lee Kuan Yew est un exemple édifiant de ce courage, de ce pagmatisme : refusons d’être de droite ou de gauche, communiste, ancien colonisé de tel bord ou de tel pays, ou je ne sais quoi : sénégalais et africain, avant tout, mais pragmatiques et ouverts aux positives opportunités. Mais alors, commençons par valoriser nos talents, les meilleurs (naturellement selon des critères d’évaluation – des competency framework). Il y a plusieurs années j’avais écrit une série d’articles, défendu et fait une conférence à Tanger sur la démocratie et le concept de monde « poly-cellulaire ». Internet tend aujourd’hui à confirmer les thèses de l’époque et à banaliser les leviers de cette transformation : le blockchain, l’affirmation des « organisations autonomes décentralisés », l’intelligence artificielle, crypto, etc. La globalisation ne disparaîtra pas, elle pourrait changer de nature au vu des évolutions technologiques et digitales précitées, par exemple l’affirmation d’une pléiade de DAO. On en arrivera à gérer la santé, l’éducation, les finances et la banque, les médias autrement, sans que cette liste soit limitative : il faut s’attendre à des nombreuses surprises…  Evidemment, ce chemin sera difficile pour les innovateurs décider à l’emprunter, car ils bouleversent des acquis, des intérêts et des conforts bien établis : on pourra les retarder, mais pas empêcher cette évolution. C’est vrai qu’il y a les risques aussi que l’humanité doit gérer : l’intelligence artificielle qui remplace beaucoup d’emplois, qui prépare ou aide à mieux  les cours et les enseignements rédige l’article du lendemain dans la presse, etc. L’enjeu d’une régulation pourrait se poser, mais comment ?

Liked it? Take a second to support SOFThinking on Patreon!