Lettre de Monitoring Africa. Quelques concepts sur la fraude pour y voir un peu plus clair


via Lettre de Monitoring Africa

I. INTRODUCTION

Commençons par le début. Il existe un terme de base qu’il faut comprendre, le concept de fraude. Celui-ci est défini par le Black’s Law Dictionary comme « Divers procédés que l’ingéniosité humaine permet d’imaginer qui sont utilisés par un individu pour obtenir un avantage au détriment d’autres par de fausses suggestions ou altérations de la vérité. Ceux-ci inclut toute surprise, tricherie, ruse ou dissimulation et tout procédé déloyal par lequel on parvient à tromper quelqu’un ». Association of Fraud Examiners (ACFE) consacre une définition selon laquelle la fraude est « le fait d’utiliser sa position professionnelle pour s’enrichir personnellement en abusant ou en détournant des ressources ou actifs… une activité clandestine au cours de laquelle on viole ses obligations fiduciaires dans le but de procurer des avantages directs ou indirects, ce qui engendre des coûts et dommages pour l’organisation… ».
Pour les spécialistes et examinateurs de la fraude (que l’on appelle aussi crimes à col blanc), pour qu’il y ait fraude, il devrait exister un acte intentionnel ou/et délibéré en vue de priver quelqu’un de ses biens, argent, propriété par la ruse, la tromperie ou par tout autre procédé injuste ». Il faut d’ailleurs remarquer de Steve ALBRETCH, Chad ALBRETCH et Mar Zimbella précités, procèdent à la classification suivante :
 Les fraudes commises contre l’organisation pour lesquelles les victimes sont les employés;
 Les fraudes commises au nom de l’organisation par exemple au moment de la publication des états financiers pour donner une image meilleure, plus de crédibilité et financière par le biais de valorisations exagérées des actifs, des bénéfices, du chiffre d’affaires, etc.

II. INVENTAIRE ET TYPOLOGIES

Il est très difficile de faire un inventaire qui épuiserait les catégories et les modalités de la fraude. Nous effectuons ici un premier inventaire sommaire avant d’étudier les la typologie de façon approfondie, par la suite. Les travaux de plusieurs spécialistes nous permettent d’aller en profondeur dans l’étude de la définition des différentes fraudes reconnues par les experts,

III. APPROCHE ANALYTIQUE APPROFONDIE

3.1. Le détournement d’actif

Cette catégorie de fraude revient à s’approprier du cash, caractérisé par le vol ou l’abus ; celui-ci peut revêtir la forme d’écrémage c’est-à-dire le retrait du cash avant qu’il ne soit enregistré dans les livres ou dans la comptabilité (off-book fraud).

3.2. Les décaissements frauduleux

Les décaissements frauduleux sont notamment celles qui sont effectués au moment de la facturation par divers procédés, par exemple des sociétés fictives, off-shore, de vendeurs fictifs, d’achats personnels indus. Ces décaissements frauduleux peuvent passer par des entreprises fictives, des commissions non éligibles, de faux décomptes, des décomptes de fausses heures de travail ou heures supplémentaires.
 Le remboursement de dépenses indues en surestimant de telles remboursements, en remboursant des dépenses fictives, ou en mettant en paiement de multiples petits remboursements.

3.3. Fraudes sur les inventaires et les stocks

Celles-ci recouvrent plusieurs sous-catégories de fraudes, par celles qui suivent :
 Fraudes sur les inventaires, voire les stocks par leur utilisation inappropriée, soustractions ;
 Fraudes sur les fournisseurs agissant seuls ou en collusion avec des acheteurs ou vendeurs en gonflant la valeur des biens, les coûts de transport et de logistique.

3.4. La corruption

La corruption recouvre des procédés variés par lesquels quelqu’un intentionnellement et de façon répréhensible, voire illégale, utilise sa capacité d’influence, pour se procurer un avantage pour lui ou une autre personne. Elle peut aussi induire des conflits d’intérêt non déclarés ou dissimulés, des pots de vins, dons et gratuités illégaux, extorsion économique.
3.5. Les fausses déclarations
Il s’agit de travestir des faits matériels par divers procédés (faux-semblant, faux prétexte), ceci afin d’amener la victime à se séparer de ses biens ou propriétés, argent, etc. Ces fausses déclarations ou déclarations frauduleuses concernent par exemple la véracité d’états financiers, les performances financières, commerciales ou autres, les référentiels (par exemple les CV, éléments contractuels, identité). En général, ce genre de déclarations comporte des falsifications. On peut inclure dans cette catégorie les fausses réclamations et les fausses déclarations après de certaines autorités ou de services publics en s’appuyant sur la falsification et/de de faux documents, informations pour faire acte de candidature ou pour demander ou obtenir des avantages indus (prêts, heures supplémentaires, etc.)

3.6. Les fraudes spécifiques à un contexte ou à un secteur d’activités

Les fraudes peuvent être spécifiques à un contexte économique ou à un secteur d’activités, par exemple à un secteur industriel, au niveau des d’institutions financières, des assurances, de la santé, du marché financier, du marché des valeurs, du secteur public, de la sécurité sociale.
Par exemple, une banqueroute peut être simulée, de fraudes sur les achats ou contrats faits, des opérations de blanchiment, de fraudes sur les impôts et taxes, d’escroquerie sur les investissements accomplis au détriment des consommateurs.

3.7. Fraudes à la consommation ou sur le consommateur

Cette catégorie de fraude sur les consommateurs comporte souvent des vols d’identité du fait de la manipulation de cartes bancaires, de permis de conduite, de chèques appartenant à autrui. Très souvent, certains experts ou auteurs incluent dans ces catégories les fraudes en divorce pour cacher un patrimoine, sur la propriété intellectuelle, de fausses valorisation de patrimoine, les fraudes en bourse, à a vente, etc.
La fraude à la consommation consiste à obtenir les biens à une valeur moindre ou à une valeur nulle ou en ne payant pas du tout.

3.8. Les fraudes de gestion

Il s’agit en général de fraudes sur les états financiers (Cas de WorldCom, Enron). Dans ce genre de fraudes, les victimes sont en général les actionnaires, les prêteurs.

3.9. Fraudes en investissements

Il y a fraude en investissements ou escroqueries sur les investissements lorsque que la promesse faite est sans valeur ajoutée ou sans valeur aucune. Il existe de nombreuses modalités de telles escroqueries par exemple :
 les «Ponzi schemes » ou pyramides ;
 les fraudes en télémarketing consistant à demander à des tiers à envoyer de l’argent à des personnes non connues en leur faisant promesse de gain ;
 « La Lettre nigériane », une forme d’escroquerie monétaire à l’occasion de laquelle la victime reçoit un message sous forme de lettre ou d’emails promettant un retour d’investissement ou de gain importants s’il aide l’émetteur du message à transporter ou transférer d’énormes sommes d’argent. Parfois l’émetteur du message rappelle qu’il faut payer un droit d’entrée pour accéder à un deal qui ferait gagner d’énormes sommes d’argent.

3.10. Fraudes par le procédé des droits d’entrée

Cette fraude consiste à faire une promesse de gains moyennant le paiement d’un droit d’entrée que l’on présente comme destiné à sécuriser un gain futur, un prêt, un contrat, un investissement, un cadeau, pour le payeur etc.

3.11. L’utilisation d’hommes de paille

C’est un procédé qui consiste à frauder en accomplissant les opérations illégales ou illégitimes sous couvert de tiers.

3.2. Fraudes sur les lettres de crédit

Dans le cas d’espère, le fraudeur crée une fausse lettre de crédit et la vend à des victimes qui n’ont pas pu soupçonner le caractère fictif de ce document. Rappelons que la lettre de crédit est un document légitime émis par un banquier pour garantir le paiement de biens qui fait l’objet de transport de biens au niveau international. Le fraudeur est ainsi parvenu à les convaincre que cette lettre a de la valeur et peut être utilisée. En fait, la victime ne savait pas aussi qu’une lettre de crédit ne peut être vendue à un tiers. On est donc bien dans le cas de la tromperie est une des caractéristiques principales de la fraude.

3.3. Conflits d’intérêts

Il y a conflit d’intérêt lorsque qu’un membre de la famille utilise sa position familiale pour accomplir des opérations ou obtenir des avantages à son profit. En l’espèce, celle-ci est dans une position d’employé autorisée à agir au nom du principal (par exemple son employeur, les actionnaires, etc.), mais n’a pas rendu public son statut : intérêts personnels, familiaux susceptibles d’influencer ses décisions. Un tel statut peut faciliter l’obstruction à la justice dans certains contextes de gouvernance faible, facilite les délits d’initié , permet d’obtenir des dons, cadeaux, faveurs, pots de vin des fournisseurs, négociations dirigées vers des résultats connus d’avance et inappropriées avec des fournisseurs, des contractants, des investisseurs, etc.

IV. PERSPECTIVES

Ce document est écrit pour donner un premier aperçu de l’ampleur de la question des fraudes, en doctrine et chez les spécialistes et professionnels de cette matière. Chaque catégorie de fraude est appelée à être étudiée en détail. Au total, les fraudes qui viennent d’être résumées ci-dessus sont en étroite relation avec d’autres sous-catégories de manouvres, avec l’utilisation de la force, des abus qui prennent les formes les plus diverses, illégitimes ou illégales, inéquitables, voire les plus dangereuses : falsifications ou contrefaçons, dons et gratuités illégaux, L’extorsion économique, conspiration, parjure et faux témoignage, etc.Monitoring Africa est un réseau d’anciens Inspecteurs et contrôleurs généraux, de spécialistes en droit, management, organisations et méthodes d’Afrique, tous membres de vastes réseaux internationaux dans ces domaines. Ces experts mettent à la disposition de clients les plus divers (Etats, organisations nationales ou internationales, gouvernementales ou non gouvernementales, entreprises publiques ou privées, etc.), leur expertise en audit, management des risques, de contrôle interne, de management stratégique, prévention et détection des fraudes, abus, gaspillages et anti-corruption. Monitoring Africa les aide ainsi à renforcer leurs capacités internes de management de gestion des risques ou dommages en formant leur personnel ou en accomplissant des enquêtes internes ou externes de fraudes et de corruption.

Les lecteurs intéressés peuvent approfondir les multiples aspects que soulève ce premier résumé peuvent le faire en participant à nos séminaires sur la fraude, les abus et les gaspillages, le management des risques de fraudes, la gouvernance des risques et la compliance, etc. Ceux qui veulent dans une formation systémique et holistique peuvent s’inscrire à notre Executive Programme ETICS sur 18 mois intitulé Ethique, Transparence, Intégrité et sécurité. Ce programme combine des cours du soir, au besoin, des week-ends ETICS, et une partie en ligne. La formation inclut l’étude de la farde et de la corruption, les audits, les investigations et la détection, la prévention, le cycle audit, investigations et évaluations des politiques et programmes publics, etc.

Pour s’inscrire à nos publications sur ce thème, veuillez remplir le formulaire ci-dessous:

 

 

 

Publicités

Du Nouveau Management Public aux Réformes administratives. Réalités, tendances et enjeux. Conférence par Abdou Karim GUEYE


 

Abdou Karim présente une conférence ce mercredi 14 mars 2018 à 15 H au CESAG. Le conférencier fera un exposé autour de de trois grands thèmes :

  • Partie I – Pérégrinations à travers les bois de la gouvernance.

L’auteur est un ancien haut fonctionnaire, consultant international dans plusieurs pays et ancien Directeur d’une Ecole Nationale d’Administration et Magistrature du Sénégal qui s’interroge à partir de son expérience sur la possibilité de réformer la gouvernance publique. Aussi, relève-t-il que  plusieurs diagnostics existent et la plupart du temps n’ont pas été favorables à l’Afrique. C’est là le fruit de son expérience qu’il appelle « pérégrinations ». Pourquoi cela ne bouge-t-il pas suffisamment. L’auteur explore alors sa propre expérience et de multiples réformes vécues en Tunisie, au Burkina Faso, au Sénégal, au sein de l’Observatoire des Fonctions publiques africaines, du CAFRAD à Tanger, lors d’ateliers sur la réforme administrative pour conclure:

  • Il faut changer de paradigmes, il faut plus de passions, de rêves et d’ambitions ;
  • Pour que les choses changent, il y a des « questions préjudicielles » à assumer ;
  • Il faut un nouveau pilotage et une nouvelle pensée plus stratégique qui commandent d’agir pour des impacts et qui supposent le courage de restructurer.

Partie II – De multiples expériences de réforme et de nouvelle gouvernance montrent la voie.

Mais le changement et les réformes réussies sont possibles puisque des pays ou organismes l’ont réussi en matière de gestion de la performance, des ressources humaines, à Dubaï, Singapour, Taïwan, etc. Mais, cela ne suffit pas, car, au-delà des processus, il faut :

  • des gouvernements qui travaillent mieux, coûtent moins chers, fournisseurs de services appropriés, orientés vers les résultats et les clients ;
  • une capacité des gouvernements à consolider des coalitions pour l’excellence, engagées et unies autour d’une vision commune
  • la capacité à matérialiser la vision à travers des instruments stratégiques pertinents et à construire les réformes au-delà des limites d’une seule institution;
  • Une gouvernance de contrôle plus éthique, transparente et intègres, etc.

Partie III – Demain, quelle nouvelle gouvernance africaine?

Dans la dernière partie, l’auteur propose  une série de réformes axées sur:

  • une gouvernance entrepreneuriale, de proximité, basée sur des partenariats, la citoyenneté et les clients, la débureaucratisation, un nouveau leadership transformationnel ;
  • une stratégie pertinente de gestion du changement, de la méritocratie et des talents ;
  • l’action par une série de valeurs, le faire-faire et la compétition pour éviter de transformer les citoyens en des bénéficiaires passifs, la compétition ;
  • « Penser par soi-même, pour soi-même », pour parler comme Senghor, en refusant d’être des suivistes et de laisser le monopole des opportunités aux autres parties du monde.

Le livre  contient de nombreux cas pratiques et abstracts : le cas du centre de Formation supérieur, l’expérience du Juge Plana, « Restructurer : comment ? », des modèles sur Dubaï, Singapour, Malaise, Rwanda, etc.

Abdou Karim GUEYE  est aujourd’hui le CEO de Monitoring Africa et de l’Ecole Internationale des Affaires. Il est aussi le Président d’un cabinet dénommé Management et Ressources Humaines (MGRH). Il a été Inspecteur général d’Etat pendant un peu plus de 30 ans. Au cours de ce parcours, il a été plusieurs fois détaché ou mis en position de disponibilité pour un séjour de deux ans dans le secteur privé, de cinq ans comme Directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature du Sénégal, comme Expert Consultant international auprès du gouvernement de Djibouti chargé d’aider ce pays à développer une inspection générale d’Etat. Il a aussi occupé les fonctions de  Secrétaire exécutif du Forum des Inspections générales d’Etat d’Afrique pendant sept ans. GUEYE est licencié en droit, titulaire du Diplôme d’Etude Supérieures de Gestion des Entreprises (ESGE) et diplômé de l’ENAM. Il possède de nombreuses certifications au niveau international, notamment au niveau de John Maxwell Team à Orlando (USA). Il  poursuit une carrière d’écrivain (essayiste et poète) et est l’auteur de plusieurs publications en management, gouvernance et disciplines connexes. Il est Chevalier de l’Ordre National du Lion du Sénégal, Chevalier de l’Ordre du 27 juin de la République de Djibouti et Commandeur de l’Ordre national du 27 juin de la République de Djibouti.

gouvernance,gestion du changement,transformation,performance,leadership,leadership transformationnel, gouvernance de proximité,planification stratégique,des résultats aux citoyens,pour changer les choses, changeons nous-mêmes; demain quelle gouvernance africaine,bonnes et meilleures pratiques,benchmarkingakg